Confiné

Posted by Fred on March 23, 2020
confinement, fred, humeur / No Comments

Cela faisait deux ans que je n’avais rien écrit sur ce blog. Même pas un bonne année, ni une pensée sur la chute de l’Olympique Lyonnais, et encore moins sur le plaisir de voir murir mes enfants.

Et pourtant … en janvier, des alertes parviennent de Chine. A pied. On ne le prend pas trop au sérieux, on s’en amuse, on se demande si cela n’a pas encore qu’un truc dans plus dans un monde hyper policé et aseptisé.

Et puis cela arrive, le 14 mars. Belle date d’ailleurs. On nous annonce, et on commençait à l’imaginer, que les bars sont fermés. Et 48 heures après qu’on est confinés … chez soit. Avec le droit de sortir un peu pour deux trois trucs. On s’installe, on prend les positions, pour le boulot, pour SafeBrands, mes enfants sont au ski, ils reviennent chez leur mère en catrastrophe. On prend des précautions et on s’installe. Le folie retombe un peu. Le choc passe et on réfléchit.

Ce matin ... premier samedi confiné. La semaine dernière encore on dansait… depuis les supermarchés ont retrouvé leurs stocks. J’ai à peine bougé de chez moi. Je mange des gâteaux apéritifs à toute heure. Je fume plus, à mon bureau-home. J’ai coordonné le passage de toute une boîte en télétravail. Mis en place une émission de RADIO WOOT (ce soir c’est Eg Lantine qui parle du confinement). Changé la config de mon salon. Applaudi des soignants. Redécouvert l’hygiène. Ressenti ce que c’est que de devoir avoir un ausweis pour sortir. J’ai aussi senti que j’étais plus proche des 60 ans que des 30.

Et j’ai fait des économies en ne sortant pas. La majorité de mes dépenses hors besoins premiers sont les disques les restau les concerts les bds et les bars. Je mets ça de côté les amis de LOLLIPOP MUSIC STORE

J’ai aussi envie de passer plus de messages à mes amis, ceux que je vois tout le temps. Ceux que je croise moins souvent. Avec chacun j’ai vécu un (ou des) moment spécial. Et je ne sais plus trop quand je vais le revivre. Alors je prends rendez vous. J’installe une webcam. Un studio pour passer une soirée virtuelle.

Et j’ai aussi découvert que je n’avais pas envie de relayer des trucs vus 100 fois. Mais de les faire éventuellement. Quitte à ce qu’ils ne soient pas intéressants. Une sorte de Journal intime d’un mec de 49 ans. A suivre.

J’ai repensé à pas mal de films d’horreurs. Bds. Jeux vidéos. Ceux qui prévoient qu’un virus ravage l’humanité qui devient un ensemble de villes fermées sur elles même. (Vous connaissez Neige ? ) Et finalement je me dis qu’on a une autre solution. Une autre voie qui s’ouvre.

On peut faire une pause. S’ennuyer. Vivre lentement. Laisser remonter l’enfance et l’innocence à la surface. L’envie de partager. De connaître ses voisins. Changer son mode de vie. Alors profitons de l’occasion.

Prenez soin de vous tous. Et on se revoit après. Dans un Picnic woot. Une soirée. Un concert. Un apéro japonais (hello Ma Sami).

En attendant si vous voulez danser avec moi je vous propose de faire ensemble la playlist expansion des frontières :

http://www.deezer.com/playlist/7410483504

Party on !!!

2018, année de la suite…

Posted by Fred on January 18, 2018
fred / 2 Comments

En Janvier, on a le choix : présenter ses vœux aux amis, aux connaissances, comme tout le monde, ou ne pas les présenter.

Ne rien écrire parce qu’on ne voit pas pourquoi une simple date serait un moment si révolutionnaire alors qu’elle n’est qu’arbitraire, et ne représente qu’un passage d’une seconde à une autre. Ou juste l’occasion de faire la fête.

C’est un choix, qu’il appartient à chacun de faire, et qui jusqu’à un certain moment restait personnel.

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, l’identité digitale d’une personne prend une place plus importante. Et le nombre de contacts à qui l’on peut faire partager cette identité est exponentiel. Linkedin, Facebook, Instagram, Viadeo … Alors ce choix devient visible. Mais il est tellement visible, tellement partagé, qu’il en est dilué parmi la masse des autres messages. Finalement, les vœux, souhaités ou pas, passent inaperçus. Noyés dans une masse de publications sponsorisées, d’ads inspirées par la recherche d’un produit que j’ai déjà acheté et dont je n’ai plus besoin, ou bien recouvertes par du spam pour les avant soldes, les après black friday, les soldes ou ventes privées.

Je choisis donc cette année de me joindre à vous, en retard mais pas trop, pour souhaiter une bonne année 2018 à tous les cookies, les traceurs, les malwares, les profilers et leur famille.

Cette année encore, je donnerai des données sur ma consommation, mes musiques favorites, mes déplacements, mes amis, mais comme nous sommes en 2018, je le ferai avec la Frite.

Après tout, 2018, sera un suite, reste à savoir de quoi.  Pleine de surprise, joie, de plaisirs ? Mais comme tous les ans non ?

La roue du temps est une roue (Un peu de lecture), reste juste à savoir quel est son cycle, son diamètre. Et toute ressemblance avec un autre année serait fortuite. En tout cas les carottes sont cuites, 2018 est bien la, et il faudra faire avec. Ou plutôt en faire ce que l’on voudra. Douceur ? Bonheur ? Heurts ? Rendez vous à la fin de l’année. Et soyons acteurs de nos vies, sans oublier un brin de civisme !

 

 

lalalala

To be Neutral ? Or not to be neutral ?

Posted by Fred on December 19, 2017
fred, internet / No Comments

Ces derniers temps, un sujet a fait couler beaucoup d’encre virtuel sur les blogs ou les sites de presse spécialisés. Il s’agit de la neutralité du net.

Cet élément est un fait fondateur et important pour internet. Et même si l’écho qui en a été fait est fort, il a été éclipsé par la mort de Johnny Halliday et la course aux cadeaux de Noël, sujets ô combien plus glamour.

Je suis partagé sur ce sujet. Je fus membre de l’Isoc France, l’Internet Society, qui prône un accès libre et égalitaire à l’internet. Et je partage cette amour de la liberté et surtout de la non censure.

J’ai été en Chine, et je n’ai pas pu pendant une semaine mettre à jour mon statut FaceBook (ce qui en soit n’est pas un drame, je le reconnais) à cause du filtrage réseau.Je n’aimerais pas devoir payer plus pour accéder à Deezer alors que je paye déjà mon abonnement à cette application, juste parce que mon opérateur le décide (si par exemple il souhaitait favoriser Spotify).

Je ne souhaiterais pas vivre le scenario très bien décrit dans l’article de Nicolas Chagny, de l’Isoc, nous sommes d’accord. Mais, il y a un mais.

Je suis aussi chef d’entreprise, en plus d’être utilisateur d’internet.Et je pilote (avec Charles Tiné) une entreprise dont le métier de d’héberger des sites internet : SafeBrands. Ce n’est pas le plus gros opérateur réseau du monde, et je ne prétend pas être le plus mis à mal, mais laissez moi vous décrire une possibilité.

En 2025, mes enfants regardent moins de films à la TV, mais ils ne les regardent que sur leur téléphone. Et quand ils vont chez leur grand-mère en haut de la montagne, il sont content de souscrire à l’option ‘privilège vidéo’ qui leur optimise leur flux pour continuer la série 25 des Marseillais à Calcutta.

En 2025, De plus, l’abonnement internet de base étant tombé à 2 euros suite à la compétition acharnée que se livre les opérateurs, je n’ai plus le même débit en plein centre de Marseille. Évidement, puisque 3 techniciens ou administrateurs réseaux sur 4 ont été licenciés, pour recouvrir les coûts ezt remplacé par des drones, qui peinent à réinventer le bricolage pour fixer un cable cassé. Alors je fais appel à Opérateur Vip, qui agrège des tuyaux de bandes passantes en suivant mon chemin pour toujours me garantir un débit fluide pour ma connexion VPN. Cette option vise à augmenter la stabilité de connexion, plus que le débit, mais cela m’arrange, c’est ce que je cherche.

J’ai aussi plus souvent besoin de voyager, car ma société est situé à Marseille, Paris, Strasbourg. En tant que grand voyageur SCNF, j’ai un accès privilégié à mes billets et à toutes les infos du trafic SNCF.

Ces quelques exemples sont complexes pour l’instant, car ils signifieraient que les opérateurs favorisent tel ou tel flux suivant l’abonnement. Ce n’est pas neutre. Et c’est interdit. Mais c’est utile, surtout lorsque la concurrence tire le prix de la connexion vers le bas, et laisse peu de cash aux entreprises pour maintenir les tuyaux, les machines, les routeurs qui font la solidité d’internet. Et puis en cas de problème grave, qui serait choqué de voir les opérateurs privilégier les flux de transmissions de la police plutôt que les retransmissions Facebook Live d’un massacre ?

Je ne dis pas que je souhaite qu’on puisse facilement censurer un bout de l’internet, sur simple décision arbitraire. Je ne souhaite pas que la fibre Google puisse se retrouver dans une situation où l’internaute ne peut accéder qu’à Youtube, et aux seules vidéos bien indexées.

Mais si on veut un internet neutre, alors il faut arrêter de considérer qu’il doit être gratuit et de vendre ses propres datas en échange de vidéos de chats. Un internet de qualité neutre, à un coût qui permet de maintenir une vraie qualité ? oui. Un  internet sur lequel je n’ai pas a donner toutes mes infos à Google lorsque je me connecte à mes pokemon ? Oui, mais je veux bien en payer le prix.  Et d’ailleurs, ce prix on peut l’estimer : un article intéressant a fait les calculs. 8 Dollars US.  C’est la valeur de vos données. Pour vous garantir un accès à un internet un peu captif. Alors si pour 8 dollars on vend ses données, ses infos, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas payer 15 dollars par an pour avoir une bonne bande passante.  Mais je suis Européen, j’ai un travail, c’est plus facile pour moi.

Si Snapchat avait du payer le volume de données échangées sur un internet pas libre, oui, elle aurait eu du mal à percer. Et la neutralité a aidé. En même temps, il est plus facile de parler neutralité quand on a des Business Angels, et le droit de perdre de l’argent pendant des années.

Alors neutre ou pas neutre ? J’aimerais un internet qui fonctionne, et qui permet aux entreprises de payer les salariés de l’ombre qui le font fonctionner, et qui peut me permettre quelques pass vips, quand j’en ai besoin.  Parmi les partisans de la neutralité, y en a-t-il qui remettraient en cause les pass vip chez Portaventura un jour d’août ?

C’est à nous les utilisateurs, de tenter de gouverner les tuyaux et le contenu. Il y a du travail !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Icann 57 – Namaste, première édition post transition

Posted by Fred on November 05, 2016
internet / No Comments

57, c’est un chiffre qui commence à compter, et au rythme des réunions Icann, les villes hôtimg_3770es du monde entier vont bientôt être épuisées.

Mais il semblerait que celà ne freine personne, car on annonce plus de 3000 participants (dont 1300 indiens, et un contingent important dans la salle lors de la cérémonie d’ouverture) pour cette réunion qui se tient à Hyderabad, en Inde, dans l’état du Telangana.

Malgré quelques soucis de visa pour les occidentaux, habitués à voyager sans contraintes, ce sont plus de 130 pays qui sont représentés. Il faut dire que l’Inde s’y connait en diversité, avec 1.3 milliards de téléphones mobiles pour 1.25 habitants, 15 versions idns du CCTLD local, et une multitude de langues et moyens de transport (du plus sûr au moins confortable).

Si on ajoute à cela que le Telangana est l’équivalent de la Silicon Valley en Inde, avec sesimg_3769 incubateurs, et ses bureaux de Apple, Amazon, Google, Uber etc … alors on comprend mieux le choix de l’endroit. Surtout qu’on y a créé une cyberpolice pour lutter contre les dangers sur internet.

Mais les sujets abordés comptent aussi, et la transition de l’internet, qui s’est déroulée sans heurts le mois dernier, occupe les esprits. Avec les premières présentations de la PTI (l’organisme en charge de reprendre la fonction Iana), on voit mieux se dessiner le futur de l’internet.

PTI est indépendante de l’Icann, mais ne génère aucun revenu, et est subventionnée par l’Icann, à hauteur de 10 Millions d’Euros. Un mélange qui interpelle et qui devra être défendu cette semaine, même si Steve Crocker, le président du board estime que tout va pour le mieux.

img_3703

Les rails sont posés, bienvenue dans le direct Hyderabad-Icann 57.