culture

Des épices dans mon train train

Posted by Fred on November 04, 2016
culture, fred / 1 Comment

Il y a des pays qui font réagir les gens plus que d’autres.
Et sans vouloir être méchant, ni dénigrer qui que ce soit, quand je dis que je pars à Genève je ne fais rêver personne.
Et pourtant …
La Suisse est propre, la nourriture saine, on n’y est pas embêté dans la rue par les mendiants.

Je suis parti en Inde, pour le travail, certes, mais j’y ai fait un peu de tourisme.
Je n’en avais jamais vraiment rêvé. A part peut être pour danser sur une plage à Goa en portant mes tuniques népalaises de mes 20 ans. Mais avant de partir, avec une préparation un peu raccourcie, j’étais content et inimg_3724quiet.

Inquiet parce que je sentais que je ne pourrais peut être pas faire ce que j’aime faire : manger dans la rue et m’y promener librement. Parcourir des kilomètres nez au vent.

Content parce que j’allais pouvoir me confronter à un choc de culture. Et voir comment j’allais réagir.
Globe trotter ouvert au monde ou occidental ronchon et compatissant ?

Un peu des deux peut être.

Alors j’ai plongé dans l’Inde (enfin un tout petit bout). Avec un airbnb. Mais au milieu de la ville. Et un voyage en train sans fin, mais en classe supérieure quand même. 17 h : la durée de 5 Paris Marseille, pour une vitesse moyenne annoncée de 48 Km/h.

Acheter le billet était une aventure. Avoir le billet parce que je suis un touriste et qu’il y a des quotas exprès pour les touristes, des bancs exprès pour les touristes, c’est spécial. Mais pourquoi pas. Se pencher hors du train en marche pour contempler les montagnes, gouter le Thé avec mes voisines de cabines pendant que leurs maris s’esclaffent sur ma couchette avec leurs amis qu’ils ont retrouvés. J’aime.
14947793_10154442778679733_5424829995589243675_n
Ne pas réussir à taper sur le clavier à cause des secousses…. mais avoir une prise électrique pour mon pc…. voir le fils de les voisins recharger sa montre androïd pendant qu’un gamin de son age monte dans le wagon pour y vendre des jouets. S’arrêter 20 fois, dans des gares pleines de vendeurs de nourriture, pouvoir commander sa nourriture par téléphone mobile avant le prochain arrêt … J’ai partagé les gâteaux et les graines de digestion (pas si faciles à digérer). Échangé des cartes, fait des selfies en famille.

J’ai choisi le train et pas l’avion, pour aller de Bombay à Hyderabad, et je ne le regrette pas. J’ai adoré.

Arriver dans le centre du pays, à l’aube, avec la sensation d’avoir vécu une aventure, la poursuivre ans un Triporteur lancé à bloc sur l’autoroute à la recherche d’un hôtel qui aurait perdu ma réservation… puis voir tout s’arranger, une chambre prête, une douche confortable, reprendre une connexion wifi, faire ses mises à jour et vérifier s’il y a des pokemons.

Tout cela a été mis entre parenthèses pendant 3 jours. Et ca fait du bien.

Maintenant retour à la normale. et c’est bien aussi (enfin, retour à la normale … on est quand même encore en Inde et il reste une semaine .
Yahoo !!!!

Atlas, neige, thé à la menthe et magie du Maroc

Posted by Fred on July 17, 2016
culture, fred, humeur / No Comments

IMG_2343

 

En Mars dernier, après une réunion Icann à Marrakech, j’ai eu l’opportunité de partir deux jours dans l’Atlas, pour marcher et aller voir des sculptures rupestres sur le plateau du Yagour. Je n’aurais pas choisi ce trek tout seul, mais nous sommes partis à 3. Avec des chaussures de marches, mais pas de duvets.IMG_2459 Quelques habits adaptés, mais pas trop. En effet, dans la valise se côtoyaient Polaires et costumes. Et puis en général après 6 jours de réunions et soirées Icann, on a plutôt envie de souffler, mais merci à Elaine, qui nous a convaincus de Marcher.

Et vraiment merci. Je ne pensais pas que ce serait si beau. Éprouvant, froid et chaud, frustrant lorsque nous avons dû interrompre l’ascension à cause de la neige, rassurant pour mon genou qui en fin de rééducation passait un test intense.

8 heures de marche par jour. Des chaussures qui ont craqué. Une nuit dans un gîte sans chauffage mais avec beaucoup de chaleur humaine, un guide super, et des paysages à couper le souffle, tout le temps. Des rencontres avec les gens des villages : nous étions dans une vallée (avant de monter sur le plateau) avec trois villages qui ont l’électricité depuis 10 ans, une route depuis deux ans et qui gèrent leur eau en autarcie. C’est un souvenir qui me restera. Merci.

J’ai aimé sentir l’effort, marcher en soufflant, sentir le froid à l’ombre, prendre des coups de soleil sur le nez, me blottir avec trois couches et deux couvertures dans le gîte, pour prendre le petit déjeuner le lenIMG_2427demain matin, parce que quand le soleil revient, on revit.

Je me suis interrogé quand j’ai vu les femmes du village descendre avec 50 kilos de brindilles pour le feu en chaussures en plastique, le tout tenu par une corde, alors que je portais des des chaussures de marche, un sac à dos aux bretelles renforcées, et que deux mules s’occupaient de notre déjeuner. Ces dames ont ri avec nous, partagé le pain et elles sont reparties avec le sourire, et leur fardeau.

Je me suis senti interloqué quand j’ai vu les enfants du village (après l’école) jouer dans les rues, sur les toits des maisons, sans barrières. Quand je pense que j’ai mis des coins en plastiques sur mes tables et meubles quand mon fils a commencé à marcher.

Et surtout j’ai aimé notre guide, qui parlait anglais et français, qui nous expliquait sa région, sa vallée, son pays, avec passion. Le partage avec les muletiers, qui ne parlaient que berbère et un peu français était magique aussi. J’ai même fait un selfie avec la mule.

J’ai vécu un grand moment, humain, paysager, sportif et surtout interculturel. Et c’est comme ça que devrait être la vie. Un grand mélange et partage. Choukran. Tanmirt. Merci.IMG_2406

 

It’s a great wall !

Posted by Fred on April 14, 2013
culture, fred / No Comments

Jumping on the Chinese wall !!

Youhou !!!

Vendredi 12 avril à Juyongguan. Des centaines de marches, toutes plus inégales les unes que les autres….

Avec nos amis du Nic Chinois. What a great day.

PENTAX DIGITAL CAMERAPENTAX DIGITAL CAMERA

Chinoiseries, Chung Guo, .中国 et casse-tête chinois.

Posted by Fred on September 16, 2012
culture, humeur, internet / No Comments

La Chine fait rêver. On peut y voir un pays mystique, un endroit mystérieux, des ennemis futurs qui vont nous envahir, les représentants d’une sagesse qu’on devrait atteindre en occident ou tout simplement des gens qui vivent à l’autre bout de la terre.

Et quand on se représente la Chine comme un pays structuré et organisé, c’est probablement vrai. Et je me garderai de faire de généralisations. Quoique … dans notre monde des noms de domaine, nous avons en général affaire, à Mailclub, lorsque nous voulons enregistrer des noms, à une organisme central par extension.

 

L’organisme central pour le .fr est l’Afnic. C’est une association née de l’Inria et de chercheurs barbus il y a 25 ans. Et elle reste influencée par l’état, ce qui est discutable, mais au moins sa gouvernance est stable (à quelques détails juridiques prêts). Et avec une gouvernance stable, on peut travailler de façon, stable. Recevoir des infos, claires  99%, demander le détail qui manque et développer telle ou telle nouvelle fonctionnalité.  C’est le cas partout en général.

Sauf dans certains pays…  et si l’Afnic peut compter sur 60 personnes, parfois, c’est une personne qui doit gérer l’extension dans son pays en marge de sont travail actuel, sans budget et parfois avec un intérêt nul de la part de son gouvernement. Dans ce type de cas la, on est vraiment dépendant de l’humeur de l’interlocuteur. Je pense à la Namibie. Une personne. Qui suivant son humeur vous dira oui ou non.

Heureusement, au Mailclub on sait comment la prendre. C’est ca aussi mon job quand je voyage : parler à ces gens pour pouvoir résoudre des problèmes futurs (ou éviter qu’ils ne se produisent.

C’est pour celà que je suis parti à Hong Kong cet été : présenter Mailclub, prendre contact, en complément de ce que les équipes avaient fait en amont. Et parfois je me heurte à une incompréhension. La traduction perd des sens, les sourires sont la, mais on se perd parfois dans les méandres d’une discussion. Problème culturel, qu’il me faut résoudre par plus de voyages, chouette.

Mais quand même, si on regarde la gestion du .cn, ou du .中国, je me dis qu’il y a des choses bizarres. Culture ? Censure ? Internet en Chine n’est pas si simple … Saviez vous qu’il y a 3 ans les noms en .cn représentaient la troisième extension dans le monde ?

Chacun pouvait enregistrer, sans documents, sans contraintes, un .cn. Parfait…. Alors on a vu paraître des problèmes associés à ce type d’extensions :  un peu de cybersquattting (compliqué à combattre) pus aussi un aspect positif :  la liberté totale d’expression. On pouvait enregistrer un nom, sans donner son vrai nom, sa vraie adresse et mettre en ligne un site critiquant le gouvernement.

Ca, cela posait problème. Alors le gouvernement a décidé en quelques jours de lancer une campagne d’épuration. De vérification, de changements de règles. Et nous avons du nous adapter (ainsi que les autres registrars). Et le nombre de .cn est tombé très bas, comparativement à la population du pays (surtout si on compare le ratio Noms / Habitant entre la Chine et les Pays Bas).

Nous nous étions fait à cela, mais c’est désormais reparti : chacun peut avoir son .cn mais à condition de valider certains papiers … Et les informations des trois derniers mois ont changé plusieurs fois, les dates ont fluctué. Bref, si pour nos clients tout s’est bien passé et que l’info a été relayée, ce qui se passe en cuisine est hardcore ! Une interface de test disponible 3 jours avant le lancement, des messages d’erreur qui veulent dire qu’il n’y a pas d’erreur’, des interfaces de contrôle qui ne sont pas encore prêtes …  On sent une culture de travail différente. Après tout, 3 jours pour développer un outil, c’est un temps court si on dispose de 1000 développeurs 24/24.

Bref, j’ai passé un week end parfois frustrant, mais a priori tout va bien. Et je peux dire fièrement que Mailclub a participé à la Sunrise à la seconde près … sans en être sur (aucun message de confirmation) ! Et ce n’est pas fini. Prochaine date : les titulaires de marque ont jusqu’au 29 Octobre pour profiter d’une priorité …  Demain, debrief.