culture

Vacances et soleil

Posted by Fred on July 21, 2012
culture, fred, humeur / No Comments

 

En cet été 2012, j’ai remarqué quelque chose. Avec Facebook et Twitter, je sais quel temps il fait à Paris, à Lille ou à tombouctou, grâce aux commentaires rageurs de mes amis virtuels. C’est très utile. Et surtout un peu jouissif;

Oui je vis dans une ville dont le programme culturel tient du bricolage.

Oui les transports en commun ont probablement été coordonnés par une personne souffrant de problèmes de visualisation dans l’espace. Ou stupide.

Oui, cette ville est sale. Et le personnel chargé de la nettoyer n’est pas convaincu que l’amélioration du nettoyage doit être un processus mené tambour battant.

Oui, ici on est tranquille, on s’arrange et c’est parfois insupportable.

Mais bon, au moins il y fait beau. Et il y a une coupe de la ligue des champions qui trône dans la vitrine du club.   Alors finalement on savoure le soleil, l’accès à la mer, les 200 kms pour aller au ski en hiver, les soirées improvisées sur la plage, le fait de pouvoir se garer en double file sans choquer personne.

 

Et alors je le dis bien fort, en cet été 2012, j’ai aimé vivre à Marseille. J’aime aller au pont du Gard, écouter de la musique et savourer l’endroit. J’aime aller au Frioul, découvrir la rade de Marseille illuminée en musique, j’aime me promener dans le Var au Gaou, et savourer le calme de la presqu’ile en écoutant de la pop. Et ce week end, j’écris au son des cigales, au bord d’une piscine, un verre de rosé pas loin, les soucis de l’Icann loin de moi, et je savoure le début de ma 15éme année de vie à Massilia.

 

Ceci dit, il ne faut pas que j’oublie de mettre de la crème.

 

I saw an alien !

Posted by Fred on June 17, 2012
culture, fred / No Comments

Prometheus … Ridley Scott. L’espace lointain, le vide, et personne qui ne vous entend crier.

J’ai vu un film joli, lent, prenant le temps de monter en puissance, mais faisant quelques concessions aux us et coutumes du grand public. Et débouchant sur le premier Alien. Mon dieu, je sais enfin d’où vient cette salle bête ! Et pas étonnant qu’elle soit si proche de nous, si résistante, si peste, si cruelle, si mortelle ….

On aura quand même vu dans ce film deux grossesses passer en 1 heure, symbole de gestation rapide et d’efficacité. Et je ne parlerai pas de la capacité de l’héroïne à courir et se battre 1 minute après une césarienne. Franchement, après cela on se demande à quoi servent les arrêts maternité.

Je ne reviendrai pas non plus sur la fâcheuse tendance qu’ont les héros de films à courir tout droit quand quelque chose qui va tout droit les poursuit. Quelques pas de coté ce serait trop simple peut être ?

Bref, pas assez angoissant, pas assez sombre mais plaisant. Et rappelez vous bien :  si des vers de terre mangent des armes toxiques, et si un robot vous offre un verre avec une goutte de cette toxique, et si une relation sexuelle s’ensuit (avant que des verres de terre ne sortent de vos yeux)  avec une femme stérile, vous n’êtes pas à l’abri de créer un monstre.  Surtout si un humanoïde à l’adn proche des humain s’en mêle. Et s’emmêle avec un fœtus costaud.

Ok, je caricature ? Maybe.  Je crois que je vais me refaire un petit Alien ce soir.