Monthly Archives: July 2016

Atlas, neige, thé à la menthe et magie du Maroc

Posted by Fred on July 17, 2016
culture, fred, humeur / No Comments

IMG_2343

 

En Mars dernier, après une réunion Icann à Marrakech, j’ai eu l’opportunité de partir deux jours dans l’Atlas, pour marcher et aller voir des sculptures rupestres sur le plateau du Yagour. Je n’aurais pas choisi ce trek tout seul, mais nous sommes partis à 3. Avec des chaussures de marches, mais pas de duvets.IMG_2459 Quelques habits adaptés, mais pas trop. En effet, dans la valise se côtoyaient Polaires et costumes. Et puis en général après 6 jours de réunions et soirées Icann, on a plutôt envie de souffler, mais merci à Elaine, qui nous a convaincus de Marcher.

Et vraiment merci. Je ne pensais pas que ce serait si beau. Éprouvant, froid et chaud, frustrant lorsque nous avons dû interrompre l’ascension à cause de la neige, rassurant pour mon genou qui en fin de rééducation passait un test intense.

8 heures de marche par jour. Des chaussures qui ont craqué. Une nuit dans un gîte sans chauffage mais avec beaucoup de chaleur humaine, un guide super, et des paysages à couper le souffle, tout le temps. Des rencontres avec les gens des villages : nous étions dans une vallée (avant de monter sur le plateau) avec trois villages qui ont l’électricité depuis 10 ans, une route depuis deux ans et qui gèrent leur eau en autarcie. C’est un souvenir qui me restera. Merci.

J’ai aimé sentir l’effort, marcher en soufflant, sentir le froid à l’ombre, prendre des coups de soleil sur le nez, me blottir avec trois couches et deux couvertures dans le gîte, pour prendre le petit déjeuner le lenIMG_2427demain matin, parce que quand le soleil revient, on revit.

Je me suis interrogé quand j’ai vu les femmes du village descendre avec 50 kilos de brindilles pour le feu en chaussures en plastique, le tout tenu par une corde, alors que je portais des des chaussures de marche, un sac à dos aux bretelles renforcées, et que deux mules s’occupaient de notre déjeuner. Ces dames ont ri avec nous, partagé le pain et elles sont reparties avec le sourire, et leur fardeau.

Je me suis senti interloqué quand j’ai vu les enfants du village (après l’école) jouer dans les rues, sur les toits des maisons, sans barrières. Quand je pense que j’ai mis des coins en plastiques sur mes tables et meubles quand mon fils a commencé à marcher.

Et surtout j’ai aimé notre guide, qui parlait anglais et français, qui nous expliquait sa région, sa vallée, son pays, avec passion. Le partage avec les muletiers, qui ne parlaient que berbère et un peu français était magique aussi. J’ai même fait un selfie avec la mule.

J’ai vécu un grand moment, humain, paysager, sportif et surtout interculturel. Et c’est comme ça que devrait être la vie. Un grand mélange et partage. Choukran. Tanmirt. Merci.IMG_2406

 

Virtuel ou physique ? Sur quoi conserver mes films ou séries ?

Posted by Fred on July 15, 2016
fred, humeur, internet / No Comments

Il y a une dizaine d’année, poussé par le manque de place, et interloqué par le nombre de cartons lors de mes déménagements, je me disais : Fred, arrête de stocker des Cds, des Vinyles, des Livres, des DVDs … Et passe au virtuel.

Je me suis interrogé, j’ai pesé les Cds, ils sont plus faciles à ranger que les Bds, mais il se gardent mieux que mes cassettes audio. Et puis j’ai regardé les vinyles stockés dans une armoire. Et je me suis dit : ok, finalement, il faut choisir.

Finalement, j’ai choisi de ne plus acheter de DVD (et plus de cassettes vidéos). C’était le média auquel j’étais le moins attaché. Et j’ai alors commencé à acheter mes films en format digital (car oui, je n’aime pas télécharger illégalement, alors j’achète). Je les ai vus, je les ai mis sur mon pc, puis j’ai voulu les mettre sur un disque dur familial, pour partager. Et enfin aussi les amener avec moi en vacances.

Ensuite, Virginmega a fermé. Et avec la fermeture : plus de codes, plus de lecture possible. Ma filmothèque disparaissait. Dans d’autres cas, le changement de support physique a effacé mes droits à la visualisation. Et au fil du temps les seuls films que je pouvais voir étaient ceux que j’avais récupérés ‘par hasard’. Certes, Itunes est toujours une solution, mais j’ai aussi simplement envie de voir les films depuis mon disque. Sans réseau, dans un avion.

Je comprends le besoin de protéger les œuvres. Je comprends que l’on souhaite mettre en place des garde fous. Mais je ne comprends pas qu’on m’empêche de garder mes fichiers exploitables. Qu’on ne trouve pas un compte à vie pour garder mes films achetés légalement, sans avoir besoin de me connecter à ceci ou celà. Ou alors je n’ai pas trouvé.

Mais qu’a cela ne tienne, j’ai craqué. Ce matin j’ai reçu le coffret des 5 premières saisons de Game Of Thrones. Je le regretterai peut être lors de mon prochain déménagement.  De retour au support physique et à la poussière.