Monthly Archives: November 2016

Icann 57 – Namaste, première édition post transition

Posted by Fred on November 05, 2016
internet / No Comments

57, c’est un chiffre qui commence à compter, et au rythme des réunions Icann, les villes hôtimg_3770es du monde entier vont bientôt être épuisées.

Mais il semblerait que celà ne freine personne, car on annonce plus de 3000 participants (dont 1300 indiens, et un contingent important dans la salle lors de la cérémonie d’ouverture) pour cette réunion qui se tient à Hyderabad, en Inde, dans l’état du Telangana.

Malgré quelques soucis de visa pour les occidentaux, habitués à voyager sans contraintes, ce sont plus de 130 pays qui sont représentés. Il faut dire que l’Inde s’y connait en diversité, avec 1.3 milliards de téléphones mobiles pour 1.25 habitants, 15 versions idns du CCTLD local, et une multitude de langues et moyens de transport (du plus sûr au moins confortable).

Si on ajoute à cela que le Telangana est l’équivalent de la Silicon Valley en Inde, avec sesimg_3769 incubateurs, et ses bureaux de Apple, Amazon, Google, Uber etc … alors on comprend mieux le choix de l’endroit. Surtout qu’on y a créé une cyberpolice pour lutter contre les dangers sur internet.

Mais les sujets abordés comptent aussi, et la transition de l’internet, qui s’est déroulée sans heurts le mois dernier, occupe les esprits. Avec les premières présentations de la PTI (l’organisme en charge de reprendre la fonction Iana), on voit mieux se dessiner le futur de l’internet.

PTI est indépendante de l’Icann, mais ne génère aucun revenu, et est subventionnée par l’Icann, à hauteur de 10 Millions d’Euros. Un mélange qui interpelle et qui devra être défendu cette semaine, même si Steve Crocker, le président du board estime que tout va pour le mieux.

img_3703

Les rails sont posés, bienvenue dans le direct Hyderabad-Icann 57.

 

 

Des épices dans mon train train

Posted by Fred on November 04, 2016
culture, fred / 1 Comment

Il y a des pays qui font réagir les gens plus que d’autres.
Et sans vouloir être méchant, ni dénigrer qui que ce soit, quand je dis que je pars à Genève je ne fais rêver personne.
Et pourtant …
La Suisse est propre, la nourriture saine, on n’y est pas embêté dans la rue par les mendiants.

Je suis parti en Inde, pour le travail, certes, mais j’y ai fait un peu de tourisme.
Je n’en avais jamais vraiment rêvé. A part peut être pour danser sur une plage à Goa en portant mes tuniques népalaises de mes 20 ans. Mais avant de partir, avec une préparation un peu raccourcie, j’étais content et inimg_3724quiet.

Inquiet parce que je sentais que je ne pourrais peut être pas faire ce que j’aime faire : manger dans la rue et m’y promener librement. Parcourir des kilomètres nez au vent.

Content parce que j’allais pouvoir me confronter à un choc de culture. Et voir comment j’allais réagir.
Globe trotter ouvert au monde ou occidental ronchon et compatissant ?

Un peu des deux peut être.

Alors j’ai plongé dans l’Inde (enfin un tout petit bout). Avec un airbnb. Mais au milieu de la ville. Et un voyage en train sans fin, mais en classe supérieure quand même. 17 h : la durée de 5 Paris Marseille, pour une vitesse moyenne annoncée de 48 Km/h.

Acheter le billet était une aventure. Avoir le billet parce que je suis un touriste et qu’il y a des quotas exprès pour les touristes, des bancs exprès pour les touristes, c’est spécial. Mais pourquoi pas. Se pencher hors du train en marche pour contempler les montagnes, gouter le Thé avec mes voisines de cabines pendant que leurs maris s’esclaffent sur ma couchette avec leurs amis qu’ils ont retrouvés. J’aime.
14947793_10154442778679733_5424829995589243675_n
Ne pas réussir à taper sur le clavier à cause des secousses…. mais avoir une prise électrique pour mon pc…. voir le fils de les voisins recharger sa montre androïd pendant qu’un gamin de son age monte dans le wagon pour y vendre des jouets. S’arrêter 20 fois, dans des gares pleines de vendeurs de nourriture, pouvoir commander sa nourriture par téléphone mobile avant le prochain arrêt … J’ai partagé les gâteaux et les graines de digestion (pas si faciles à digérer). Échangé des cartes, fait des selfies en famille.

J’ai choisi le train et pas l’avion, pour aller de Bombay à Hyderabad, et je ne le regrette pas. J’ai adoré.

Arriver dans le centre du pays, à l’aube, avec la sensation d’avoir vécu une aventure, la poursuivre ans un Triporteur lancé à bloc sur l’autoroute à la recherche d’un hôtel qui aurait perdu ma réservation… puis voir tout s’arranger, une chambre prête, une douche confortable, reprendre une connexion wifi, faire ses mises à jour et vérifier s’il y a des pokemons.

Tout cela a été mis entre parenthèses pendant 3 jours. Et ca fait du bien.

Maintenant retour à la normale. et c’est bien aussi (enfin, retour à la normale … on est quand même encore en Inde et il reste une semaine .
Yahoo !!!!